jody horcholle

Après une France fracturée lors de l’épisode des gilets jaunes, une nouvelle fois le pays est divisé. D’un côté, pro vaccins favorables à la vaccination et au pass sanitaire et de l’autre les anti-vaccins.

Dans les deux clans, le plus souvent l’intolérance règne. Chaque groupe s’arcboute sur ses positions pensant détenir des certitudes sur la meilleure des solutions à mettre en œuvre. Pourtant, depuis plus de dix-huit mois, force est de constater que les postulats d’un jour sont changent dès le lendemain.

Au milieu de ces deux camps se situent les citoyens pour la vaccination mais contre le pass sanitaire. Parmi eux, figurent ceux encourageant la vaccination avec le consentement libre et éclairé du patient. Par nature, ils constituent la partie de la population la plus tolérante et sûrement la plus discrète. Il devient difficile de s’exprimer sur les réseaux sociaux si nous ne partageons pas la même opinion que les deux premiers clans. Soit nous sommes des complotistes anti vaccins et ignorants selon les pro-vaccins ou des complices asservis pour l’autre partie.

Les pro-vaccins sont près au nom de la liberté collective à renoncer aux libertés individuelles. D’ailleurs, souvent ils confondent cette notion avec celle de la liberté. Les libertés individuelles, c’est notamment le respect de l’inviolabilité et de l’intégrité du corps humain, le respect à la vie privée, le respect à la liberté fondamentale du consentement libre et éclairé du patient et le droit à son information. C’est également la liberté d’opinion et de conscience.

Ces libertés individuelles sont les libertés fondamentales, dont l’une des principales sources est la DDHC, et qui garantissent des droits accordés et assurés aux individus dans un état de droit et une démocratie.

Face à la pandémie que nous connaissons le gouvernement doit prendre des mesures pouvant porter atteinte à nos libertés individuelles et chacun peut le comprendre. Toutefois, il est important de trouver un juste équilibre entre la préservation de nos libertés et les enjeux de santé publique.

Ainsi, les mesures prises portent atteintes à nos libertés et doivent être proportionnelles au but recherché. C’est bien là que le bât blesse. En effet, il est difficile de savoir où placer le curseur pour trouver ce juste équilibre.

Toutefois, nous devons penser à l’avenir. Le virus un jour sera vaincu. Nous devons ainsi être attentif pour que ces mesures attentatoires aux libertés individuelles ne soient que temporaires et surtout ne soit pas le début d’une série d’autres mesures encore plus restrictives de nos libertés individuelles.

A lire :

Peut-on refuser une vaccination obligatoire ?

L’obligation vaccinale est-elle compatible avec nos libertés individuelles ?

Share Button

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 × 25 =