Jody Horcholle

La semaine prochaine les collégiens retrouverons, pour une partie d’eux, leur établissement scolaire. Les parents s’interrogent sur les conditions de cette reprise.

Je les invite à lire les 54 pages du protocole sanitaire (https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-reouverture-des-ecoles-colleges-et-lycees-303546) et de vérifier si chaque établissement le met en œuvre.

Cette application doit être stricte. Je considère inacceptable de pouvoir transiger sur les conditions de sécurité pour les enfants et l’ensemble du personnel. Chaque collège va prévoir au mieux la gestion des flux de circulation, la gestion des masques et son organisation pédagogique.

Les élèves et le personnel auront une formation sur les gestes barrières, les règles à respecter et le port du masque. Je recommande à chacun d’être très attentif sur les informations diffusées au cours de ces formations. En effet, pour être efficace un masque doit être correctement utilisé. Les élèves vont devoir porter puis pourront enlever, à plusieurs reprises dans la journée, ce dispositif de protection et le risque de contamination semble donc présent. Les connaissances sur les modes de transmission du coronavirus semblent encore limitées. Certaines études démontrent que le virus est aéroporté d’autres indiquent le contraire. Il n’y a aucun consensus dans la communauté scientifique. Ainsi, je considère que le principe de précaution doit l’emporter. Toutes, les mesures doivent donc être ainsi prises pour éviter ce mode de transmission.

Les enfants et les personnes devront être équipés d’un masque dit grand public. Les masques filtrants de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe (sans contact avec le public). Les masques filtrent 70 % des particules d’un diamètre moyen de 3 µm. La taille du covid19 est [0.05µm-0.15µm], la taille d’une gouttelette de respiration / postillon est de l’ordre de 5µm. Les masques pour les professionnels en contact du public doivent respecter les normes suivantes : filtration d’au moins 90% à 3µm).

Il semble que les établissements interdisent aux enfants d’apporter leur propre masque même si cet équipement offre une protection plus efficace. Il s’agit d’éviter aux établissements d’engager leur responsabilité puisqu’ils auraient pour obligation d’en assurer l’entretien quand ils les distribuent aux élèves.

Il a même été proposé aux enseignants de laver leurs propres masques. Il semble toutefois que cette nouvelle obligation, à leur charge ne leur incombe pas, mais doit être du ressort de l’Etat. En cette période difficile, il est inacceptable de transiger sur les droits des salariés, des fonctionnaires. Les enseignants ont déjà accompli un travail remarquable en s’adaptant pour assurer la continuité pédagogique. Il me parait quelque peu déplacé de leur demander d’assurer le lavage de leurs masques et de venir accomplir des missions d’entretien en désinfectant tout le matériel utilisé après avoir fait cours. C’est l’Etat qui doit assurer ces missions en recrutant si nécessaire des agents d’entretien.

Il me parait fondamental de préserver nos droits, nos libertés, même en cette période de crise. Tenter de culpabiliser les salariés défendant leurs droits pour pallier aux différentes carences de l’Etat ne peut-être une pratique tolérable dans notre société. Aujourd’hui accepter de transiger sur l’application de nos droits entrainera demain la suppression de ces derniers et pourquoi pas ensuite une privation de nos libertés.

Share Button

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 27 =